CONTACTS

Réhabilitation du Centre Sarrailh

Qu’est-ce que le centre Sarrailh du Crous de Paris et pourquoi le rénover ?

Sarrailh est le siège historique du Crous de Paris, qui abrite dans un même bâtiment : un restaurant universitaire de deux salles, un restaurant administratif, une résidence universitaire de 184 logements, les services administratifs du Crous et un centre sportif universitaire (CSU) de 9 500m².

Ouvert au début des années 1960, ce bâtiment a subi de multiples aménagements au fil du temps pour s’adapter à l’évolution des besoins et usages de la vie étudiante parisienne. Malheureusement, ces rénovations très localisées et étalées dans le temps ont abouti à un bâtiment hétérogène, dont chaque partie est héritée d’une époque et d’un style différent, mais dont la globalité donne une impression vétuste et passée.

C’est en 2011 que la réhabilitation de Sarrailh est actée au titre de l’opération Campus. C’est le début d’une décennie de planification multi-partenariale, avec l’objectif ambitieux de faire de Sarrailh un emblème de la vie étudiante de Paris, le tout dans une démarche affirmée de transition écologique.

Le projet est confié au cabinet Lipsky-Rollet, et la maîtrise d’œuvre assurée par l’Epaurif.

En savoir plus sur le programme

Budget et financements

Budget total de l’opération : 37,9 M€

Financé par :

  • Plan de Relance
  • Plan Campus
  • Ville de Paris

france relance logo RVB

  Ville de Paris logo 2019.svg

Un démarche affirmée vers la transition écologique

Si des travaux de restructuration lourds avec mise en conformité PMR et sécurité incendie sont prévus, l’essentiel concerne la rénovation énergétique. Les travaux portent à la fois sur l’enveloppe (les façades et le toit), sur les équipements intérieurs mais également sur une cour dont l’objectif est la transformation en jardin humide. Le tout géré dans le cadre d’une prise en compte élevée des possibilités de recyclage et d’un traitement haute qualité environnementale.

Une nouvelle peau pour Sarrailh

En plus du bénéfice sur le confort des occupants, la rénovation des façades renouvellera l’image du bâtiment avec deux objectifs : la volonté de rompre la monotonie de la façade sans mettre en péril son unité tout en révélant la multiplicité des usages intérieurs.

Une cour anglaise végétalisée, oasis de biodiversité

Le projet propose une reconfiguration des escaliers de secours pour permettre de libérer de l’espace et y développer une abondante végétalisation.

Une stratégie de recyclage

L’approche des architectes prend en compte de manière spécifique le contexte urbain, l’histoire du bâtiment et de sa construction, et plus largement l’évolution des conditions climatiques et la politique environnementale de la ville de Paris. Les interventions programmées par les architectes sont dites frugales au sens où sera créée une architecture intemporelle recyclant le déjà-là et doublant la durée de vie du bâtiment. Un travail sera effectué sur la matière en valorisant les matériaux de qualité, même s’ils ont vieilli, et par ajout de nouveaux éléments permettant l’amélioration de fonctionnement et les performances du lieu. Un travail sera également conduit sur l’image pour clarifier l’identité du lieu en lui assurant une présence architecturale contemporaine, intemporelle, capable de durer dans le temps.

Pour les achats en mobilier, il en sera de même, le Crous prévoit de travailler avec du mobilier de réemploi, ce qui permettra de personnaliser les espaces.

Un projet à haut niveau de performance environnementale

Le projet est ambitieux, se positionnant dans le cadre plus large d’une réglementation technique dite « globale » qui fixe des objectifs chiffrés pour limiter les consommations énergétiques du bâtiment.

Ces travaux s’inscrivent dans une démarche Haute Qualité environnementale. Celle-ci garantit notamment que le respect des objectifs thermiques ne se fasse pas au détriment des autres paramètres participant au confort des utilisateurs. Ainsi des simulations thermiques dynamiques et des calculs d’éclairement ont été réalisés afin de démontrer respectivement la maîtrise des surchauffes estivales et la qualité de l’éclairage naturel.

Un bâtiment repensé pour les usagers de demain

La multifonctionnalité de la conception initiale de Sarrailh reste au cœur de son identité, mais cette fois il est question d’aller plus loin dans la cohérence d’ensemble : c’est l’usage qui guidera le projet. L’usager de demain de ce bâtiment sera agile, il pourra aisément passer d’une partie à l’autre, utiliser chaque service du Crous adapté aux différents moments de sa journée et de son année universitaire. Surtout, la facilité d’accès, de déplacement et d’utilisation des espaces doivent être au service de la découverte : l’étudiant mais aussi tous les usagers de passage doivent voir ce qu’est le Crous, accéder à des services nouveaux, découvrir des partenaires qui leur étaient peu accessibles, voire inconnus, trouver des réponses à leurs problèmes, et saisir toutes les aides qu’ils méconnaissent trop souvent.

Cette amélioration passe inévitablement aussi par le bien-être des personnels du Crous qui investiront les lieux, ils participent à l’âme du site et doivent y trouver un confort de travail.

La permanence architecturale : une innovation exclusive du réseau des Crous

S’appuyant sur les travaux de recherche de la Chaire universitaire sur les mutations des usages étudiants, chaire co-portée par le Cnous et l’Ecole Nationale des Arts décoratifs de Paris, Le Crous de Paris a décidé la création d’une permanence architecturale et culturelle sur le site de Sarrailh afin de faire parler les usages et de les retranscrire dans les espaces.

En septembre 2022, le Crous fait appel à une architecte et un urbaniste, pour travailler sur les futurs aménagements internes et sur la cohérence d’ensemble du site avec les usagers.

Qu’est-ce que l’institution peut proposer aux étudiants pour mieux les accompagner dans la réussite au sein de ces lieux ? Des espaces de travail, de vie commune, d’accès aux droits, de détente ? Les services et dispositifs proposés et imaginés en période d’avant covid sont-ils à réinventés ?

Une part d’histoire du Crous de Paris : la résidence Jean Sarrailh, première cité universitaire

Construit entre 1958 et 1962 par les architectes André Lacoste et Georges Popesco, sur une parcelle relativement modeste de 4 000m², Sarrailh est avant-gardiste dès sa conception. Ce bâtiment de 20 000 m² s’élève à environ 35 mètres au-dessus du sol et descend à 20 mètres sous terre. D’une conception innovante pour son époque, et dans le même esprit que la Cité radieuse à Marseille, Sarrailh comprenait à son ouverture toutes les infrastructures relatives à la vie d’un étudiant.

  • Un complexe sportif de 10 000 m² possédant :
    • une dizaine de gymnases et salles de sport
    • une piscine
    • des salles à destination d’associations sportives
    • des vestiaires
    • un centre médico-sportif
    • des salles d’examen
  • Une cité universitaire de 270 chambres étudiantes
  • Un restaurant de 3 salles capable de servir 5 000 à 6 000 repas par jour
  • Un foyer bar-cafétéria
  • Des bureaux administratifs